Voyager avec ses enfants – nos astuces pour rester zen et éviter les crises (ou du moins essayer !)

Vous qui nous suivez sur les réseaux sociaux, vous n’y voyez que des photos ensoleillées, des sourires et des jolis moments en famille. Détrompez vous (ou rassurez vous !), nous avons nous aussi notre lot de crises, de négociation et de fatigue. Voici nos habitudes pour éviter les crises (ou du moins essayer !), afin que tout le monde vive le voyage le plus sereinement possible.

voyager en famille

Voyager avec ses enfants, éviter les crises et rester zen

Le fait d’être en voyage ne réduit pas à néant la capacité de nos enfants à être relou, comme à la maison (ne me dites pas que vos enfants ne sont jamais relou ?!?). A cela s’ajoute le fait qu’on les trimbale beaucoup lors d’un voyage, qu’ils fatiguent, qu’ils ont leurs propres envies, et qu’ils se réveillent tôt (beaucoup trop tôt). De notre côté nous restons des parents, avec nos envies de découvertes à l’étranger, un capital patience qui aurait plutôt tendance à diminuer, et un capital fatigue qui, lui, est en hausse au fil es semaines de vadrouille.

Le fait de voyager longtemps implique de trouver le bon mix entre les besoins et les envies de toute la famille, pour que ces moments qui sont censés être magiques ne tournent pas au cauchemar!

Alors pour gérer tout ça, voici nos quelques astuces pour que le voyage se déroule le plus sereinement possible pour tout le monde, et sur la durée (qui est pour nous de 3 ou 4 mois en général).

en famille - trip and twins
Moussaillons, nous avons un cap à garder !

Un rythme constant et des routines bien établies au quotidien

Le fait d’être en voyage ne signifie pas perdre tous les repères que l’on a inculqué aux petits, au contraire, je dirais même qu’ils sont encore plus importants. Même si le voyage implique de changer souvent de maison, nous nous efforçons de garder le même rythme quotidien pour que les repères soient faciles à retrouver. Nos routines sont les mêmes quelle que soit l’endroit : le réveil du matin avec des petits câlins dans le lit (le temps qu’on arrive à émerger..), le biberon (sur les genoux, on en profite tant qu’ils ne sont pas encore trop grands!), un peu de dessins animés (l’occasion pour nous de pouvoir se rendormir un peu, ou faire du yoga, ou blogguer ;-)), un petit déj tous ensemble, puis des jeux ou du vélo (ou autres selon l’endroit), le repas du midi, puis au lit pour la sieste. Idem pour les rituels du soir bien huilés (bain, repas, histoires..), qui permettent de n’avoir AUCUNE crise pour aller se coucher, même dans un nouveau lit.

rituels du soir
et pour éviter les crises liées au brossage des cheveux il faut aussi un bon démélant 😉

Verbaliser, expliquer les choses, donner le programme de la journée

Les petits comprennent tout, nous leur expliquons toujours ce que nous allons faire dans la journée (jouer à la plage après la sieste, prendre le goûter à tel endroit, aller voir les pingouins ou faire du vélo par exemple), et on a intérêt de s’y tenir, car ils retiennent bien ! C’est même un peu à double tranchant, car si les pingouins ne sont pas au rendez-vous, ou que le café dans lequel on leur avait promis un milk shake est fermé, alors là, mesdames les crises sont de retour (et on se dit qu’on aurait mieux fait de se la fermer).

draisiennes cape town - trip and twins

On leur explique aussi quand on s’apprête à aller dans une nouvelle maison (une maison avec une piscine, ou avec des chats, ou alors une maison où on va dormir tous les 4 dans la même chambre). Une fois arrivés, la première chose qu’on établit c’est là où chacun va dormir, et on dépose ses doudous dans son lit. Les repères, encore et toujours.

L’importance de la sieste

Même si la sieste (dans un vrai lit) peut parfois être vraiment pénible car elle casse la journée (alors qu’on n’a qu’une seule envie : partir découvrir le pays!!), elle repose vraiment les petits (qui seront donc moins chiants après), et elle repose aussi les parents (et permet d’avoir du temps pour soi!).

importance de la sieste
Top chrono … 2 heures de tranquilité ! (et que PERSONNE ne s’avise de les réveiller !!!)

Notre mot d’ordre c’est : surtout pas de voiture le matin ! (sous peine qu’ils s’endorment et ruinent la sieste de l’après-midi), donc on se trouve des activités à côté de la maison (s’il y a une piscine c’est magnifique), du vélo, des petites voitures ; les petits déjeunent tôt puis filent au lit, pour qu’on puisse bouger dès leur réveil (de bonne humeur donc, normalement).

pool party en famille

Etant donné qu’on n’est pas complètement rigides (et qu’on a quand même pas mal la bougeotte), il arrive que la sieste se fasse dans la voiture (mais pas tous les jours). Dans ces cas là il faut que le temps de route soit assez long pour qu’ils dorment suffisamment, donc on part à la journée en exploration (ils dorment alors dès le matin, puis généralement en fin de journée pendant le retour). Comment ça il faut anticiper avec des enfants??? Nooooon, je ne vois pas du tout de quoi on parle…

Respecter le besoin de jeu, autant que celui de dormir

Ne jamais, au grand jamais, oublier des temps de jeu, d’exploration, sous peine d’avoir des crises (totalement légitimes) : un enfant n’en a rien à cirer de visiter tel ou tel endroit, il demande simplement à jouer avec ses voitures, avec les vagues, le sable, des cailloux, des bouts de bois, n’importe quoi tant qu’il peut JOUER. Alors à nous de trouver du jeu là où on a envie d’aller, pour que tout le monde soit content.

S’octroyer des temps de repos, chacun son tour.

Nos enfants se réveillent tôt, vraiment trop tôt (vers 6h). C’est une horreur pour nous qui ne sommes pas du matin, alors on se lève à tour de rôle, pour pouvoir dormir une fois sur deux (en essayant d’ignorer le bruit qui résonne dans la maison, le trampoline sur le canapé, les jets de petites voitures, les circuits en moto imaginaires – avec un bruit loin d’être imaginaire –  non mais sinon, nos enfants sont mignons).

Au delà du fait de dormir, il faut aussi se ménager des plages de tranquillité, aller surfer/marcher/faire du yoga, des moments sans « pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi » et sans « cacaprout et pipiprout » (notre régal du moment) ; donc, à tour de rôle, on largue les amarres le temps d’une heure ou deux.

PROFITER tous ensemble de vivre des moments magiques

Parce que c’est une chance de voyager avec ses enfants, il faut en être bien conscient et aussi leur en faire prendre conscience ; ne pas oublier de relativiser quand il y a des moments de crise ; laisser couler ou remettre les repères en place selon la situation ; et ne jamais oublier de jouer et de rigoler tous ensemble, bref de PARTAGER !

trip and twins afrique du sud

Vous doutez encore du bien-fondé de partir avec des petits ? Cet article est fait pour vous : Voyager avec ses enfants en bas âge… mais pourquoi ?

…………………………………………………………………………………………………………………..

 Pour épingler cet article sur Pinterest

voyager avec ses enfants - eviter les crises

6 réflexions sur “Voyager avec ses enfants – nos astuces pour rester zen et éviter les crises (ou du moins essayer !)

  1. Merci pour ce partage de rituels à garder. 😉.
    Je me demandais si vous étiez tous les deux prof de surf ? Ou as tu un autre métier ?
    En tout cas superbe blog! Bravo

    1. Avec plaisir pour le partage de nos « rituels voyage » 😜 il ne vaut mieux pas pour les gens qui viennent prendre des cours de surf que je sois prof (je suis plutôt du genre à me faire pousser pour prendre une vague 😇), mais il vaut mieux pour notre école que ce soit moi qui gère tous les aspects administratifs 😜 merci beaucoup pour le blog 🙂

  2. Merci pour ce partage. Très intéressant! Nous partons bientôt 1 semaine (avion et pays étranger) avec notre fils de 3 ans. On va déjà s’entraîner pour qques jours à la montagne 😉. J’Ai pris note aussi des trousses pharmacie. Bonne continuation dans votre voyage. Magnifiques photos sur Instagram

Laisser un commentaire