Surftrip en famille, ou comment concilier surf et voyage avec des petits ?


PREPARER SON VOYAGE, SURF, voyage en famille / dimanche, mars 3rd, 2019

Le surfeur ne vit que pour les vagues. Il adapte son emploi du temps aux marrées, et, même s’il n’est pas matinal, il est capable de se lever à 6h du mat’ quand la session s’annonce bonne (et sans ronchonner). Bien sûr, il ne part en voyage que dans des destinations où il y a des vagues. Mais quand le surfeur devient papa, certaines choses évoluent, les contraintes ne sont plus les mêmes. Alors comment concilier passion pour le surf et organisation familiale en voyage ?

 

Surftrip en famille : Le choix des destinations

Le surfer a le réflexe, quand on commence à parler d’une nouvelle destination, de sortir son téléphone pour regarder illico presto quelles vagues il pourrait y avoir dans le coin. Il faut quand même savoir qu’un surfeur est capable d’aller dans des endroits où il n’y a absolument rien à faire (même des endroits vraiment très moches) juste parce qu’il y a une vague parfaite.

Il faut donc, quand on planifie un voyage en famille, choisir un pays avec des vagues. Cela coule de source. Il pourra être possible (selon sa capacité de négociation) de coupler le « pays à vagues » avec un « pays sans vagues », ou d’élaborer  dans le « pays à vagues » un itinéraire mixant intérieur des terres et plages, histoire de varier les plaisirs pour toute la famille.

Selon les surfeurs il peut s’agir de pays chauds ou froids, n’importe, pouvu qu’il y ait des vagues. Vient maintenant le choix des pays selon l’âge des enfants, en prenant en compte différents critères comme les conditions sanitaires du pays, les infrastructures, la durée du vol, entre autres.

3615MaVie : De mon côté, la chose se corse un peu car mon surfeur est frileux, il ne veut que des pays chauds, et après 3 hivers passés en Nouvelle Zélande, en Australie et en Afrique du Sud, il met dorénavant son véto sur le fait de surfer en combinaison, il veut donc pouvoir surfer en short, et sans avoir de requins qui traînent dans les parages (un peu plus de contraintes s’il vous plaît, c’est en train de devenir trop facile). Cette année nous sommes donc au Panama et au Costa Rica (après un passage en Colombie sans surf mais avec beaucoup de belles découvertes dans tout le pays… les histoires de compromis dont je parlais plus haut 🙂

 

Surftrip en famille : Le transport du Saint Graal

Dans cette formulation je nomme LES planches de surf, car le surfeur voue une sacro sainte adoration à ses planches (et je dis bien planches au pluriel, car comme ce serait trop facile de partir avec une seule planche, il en a généralement deux ou trois, pour s’adapter aux conditions de vagues).

Quand on part en voyage en famille, on est forcément un poil chargé, alors deux options sont possibles :

  • Partir avec les planches de surf

Il faut donc avoir une grande housse pour les transporter, qui servira aussi à mettre les vêtements du surfer (et l’éventuelle combinaison). Ce scénario est d’autant plus intéressant quand on voyage avec une compagnie aérienne qui ne fait pas payer le transport des planches : le boards bag est alors considéré comme le bagage du passager, s’il ne dépasse pas le poids maximal autorisé.

  • Partir le plus light possible, et acheter la/les planche(s) sur place

Si la compagnie aérienne fait payer le transport des planches (généralement 100/150 dollars par trajet), il peut être intéressant de s’économiser le transport aller et d’acheter les planches sur place. On peut alors en profiter pour visiter au début du voyage des endroits sans vagues, et bouger librement sans être trop chargé.

On achète donc la/les planches sur place en arrivant dans le pays à vagues. Cette option est surtout intéressante dans des pays où les planches sont moins chères qu’en France, comme l’Afrique du sud, l’Australie ou le Panama par exemple. Pour le surfer c’est une excuse en béton pour augmenter son quiver (héhé, blond mais pas con).

2017 : Arrivés en Australie après une étape en Thaïlande, c’est le moment d’acheter une planche dans un surfshop de Byron Bay (avec comme conseillers ultimes les petits dans la poussette !)

 

Surftrip en famille : Le logement

L’idéal est de trouver un logement près du spot de surf ; le surfeur peut alors aller surfer quand il veut sans monopoliser la voiture, très tôt le matin, pendant la sieste des petits, ou un peu n’importe quand dans la journée puisque le reste de la famille est autonome et peut vivre sa vie sans se caler par rapport aux marées, au vent qui vient de tourner, à la houle, etc.

2016 :  Raglan (Nouvelle Zélande), maison avec terrasse trop canon juste en face du spot d’Indicator.

Ceci dit il est parfois compliqué de trouver LE logement parfait face au spot, parce qu’un logement en bord de mer peut coûter un bras, ou tout simplement parce que le spot est dans un endroit reculé, ce qui implique que le surfer embarque la voiture.

Le surfer est capable de bouger en deux temps trois mouvements, combi jetée en vrac dans le coffre, planche (manipulée avec amour), wax, leash, s’il a le temps une serviette roulée en boule et GO, les vagues n’attendent pas. Partir avec sa femme et ses enfants, là c’est autre chose.. si on arrive à être tous prêts, à préparer les (multiples) sacs/parasol/jeux de plage, et à décoller en moins d’une heure on est proches du record (sauf que les vagues auront eu largement le temps de changer… et le surfeur d’être dépité). Donc partir tous ensemble est une option que nous n’envisageons même pas quand il y a une vraie session à la clé, pour la survie de la famille (un surfer qui a raté LA session peut être un poil pénible).

Mais comment faire me direz vous? Si on n’a pas de maison en face du spot et que le surfer part avec la voiture, on fait quoi nous avec Riri et Fifi? Et bien on essaie de trouver un logement sympa avec des choses à faire autour ne nécessitant pas de voiture : balades, parc de jeux, s’il peut y avoir une piscine c’est encore mieux, on fait des jeux à la maison, bref on s’organise pendant l’absence du surfer, avant qu’il ne prenne le relais des petits ou que l’on parte tous ensemble en balade.

surftrip en famille

La solution qui met tout le monde d’accord (mais qui reste rare) : trouver une crèche ou une école pour les petits, selon leur âge. C’est LA solution trop géniale, surtout quand on voyage longtemps, pour que le surfer puisse profiter pleinement, sans montre en main, et que sa chérie soit tranquille sur la plage, à bouquiner, faire du yoga, prendre des photos en mode groupie, voire même aller dans l’eau prendre quelques vagues.

2018 – Afrique du Sud : Départ tôt le matin, les petits pour aller à l’école, le surfer pour aller prendre des tubes sur la vague world class de Jeffreys’Bay

Surftrip en famille : Quand le surfer transmet sa passion

Quand les vagues sont petites, à ce moment là le surfeur est moins tendu concernant l’heure de départ. Il est alors possible de s’organiser pour partir tous ensemble et de commencer à faire glisser tranquillement les petits, sur la planche du surfeur ou une grande planche qu’on nous aura prêtée ou louée. Je vous montre l’évolution en images au fil des années ! 😉

2017 – première glisse à Torquay, Australie

2018 – Mini surfeurs en Afrique du sud :

2019 – Panama, Playa Venao

Dans quelques années les choses seront encore différentes, les petits auront grandi, ils feront peut être du surf et alors il faudra s’organiser encore différemment…

On en reparle d’ici quelques années !

…………………………………………………………………………..

Petite précision qui me semble utile : Nous avons une école de surf, mon surfeur est moniteur de surf, de natation, et formé aux différentes techniques de secourisme. En gros il en connaît un rayon en ce qui concerne les vagues et l’océan, et il sait ce qu’il fait quand il prend un de nos enfants sur sa planche, pour surfer sur son dos ou debout avec lui.

Ce blog reflète notre manière de vivre et de voyager en mixant nos passions, le surf en fait partie intégrante. Ces photos et vidéos de surf avec enfant ne se veulent pas du tout un exemple à suivre, ce mode d’apprentissage n’est pas très protocolaire ! Si vous souhaitez apprendre à vos enfants à surfer, et que vous n’êtes pas trop sûrs de vous ou de la technique à employer, offrez leur plûtot un stage de surf !

…………………………………………………………………………..

Epinglez cet article sur Pinterest

surftrip en famille

Laisser un commentaire