Thaïlande – Koh Jum, l’île qu’on ne voulait plus quitter


Thaïlande / lundi, mai 15th, 2017

Il y a des endroits où l’on arrive sans avoir aucune attente, parce qu’on n’en a jamais entendu parler et qu’on ne s’en est donc pas fait d’aprioris. On arrive alors vierge de tous préjugés, d’idées pré-concues ou d’attentes. On découvre, on apprécie, on prolonge son séjour d’une nuit, deux nuits, trois nuits, on refait les plans pour pouvoir rester encore un peu plus, bref, on en tombe amoureux et on n’a plus aucune envie de partir. Koh Jum, petite île située au Sud Ouest de la Thaïlande, fait partie pour nous d’un de ces endroits. De me replonger dans les photos et dans mes souvenirs pour vous en parler me donne trop envie d’y retourner, je me fais mal toute seule, mais je me dis que je vais peut être vous inspirer, vous donner envie d’y aller et même vous faire passer un voyage de dingue – n’ayons pas peur des mots (peut être aussi que vous me détesterez parce que vous n’aimerez pas du tout, et donc je perdrai 1000 lecteurs.. ah mais non, c’est vrai, je n’en n’ai pas autant. C’est bon je prends le risque).

Koh Jum, Thailand

Arriver à Koh Jum

Première chose à savoir sur Koh Jum : si vous arrivez d’une autre île (par exemple : Koh Phi Phi, Koh Lanta ou, comme nous, Koh Yao Noi), votre bateau ne débarquera pas à terre. Ah bah ça démarre fort. Donc? On y va à la nage??? Non c’est le long tail boat de là où vous logerez qui viendra vous chercher. Et si, comme nous, vous n’avez rien réservé, vous allez ressentir un petit moment de solitude face à tous les gens qui, eux, savent sur quel long tail boat embarquer.

Koh Jum Thaïlande

Pour vous éviter de lire le guide en speed, en même temps que vous donnez un petit pot froid à votre bébé en crise (parce que le temps de trajet en bateau est beaucoup plus long que prévu – on est bête aussi, on devrait le savoir à force -), et de ressentir le besoin de prendre une décision hâtive que vous aller très certainement regretter, vous avez deux options :

  • L’option « freedom forever »: je ne réserve pas, comme ça j’arrive et je repars quand je veux, et en plus je peux choisir la cabane direct sur la plage (et pas celle dans laquelle on m’a collé via un quelconque site de réservation) ; ce qu’il faut savoir :

Il y a deux stops de prévus pour le bateau, un vers le nord-ouest de l’île et un vers le sud-ouest ; il va donc falloir déterminer à l’avance dans quel coin de l’île vous avez envie d’être. Une fois que vous aurez choisi où vous arrêter, il va falloir trouver un long tail boat sur lequel monter, sachant que vous ne serez donc pas attendus. Beaucoup de resorts envoient leur long tail boat, même s’ils n’ont pas de clients à aller chercher ; vous vous retrouvez alors exactement dans la même situation que quand vous descendez d’un bus et que tous les chauffeurs de taxis vous sautent dessus… sauf que là c’est en pleine mer, c’est assez surprenant, et marrant! Vous pouvez donc demander à monter dans un bateau, en expliquant que vous n’avez pas de réservation, et que vous souhaitez voir le resort avant de vous décider.

  • L’option « j’y vais mais j’ai peur » : je réserve un logement à l’avance, parce que je ne fais qu’à moitié confiance à la p’tite blonde qui écrit ce blog (option qui peut être, blague à part, la meilleure en période de haute saison touristique – sur Koh Jum à partir de fin décembre). Dans ce cas vous n’avez qu’à repérer le bateau de votre logement, easy.

Dans les deux cas vous vous retrouverez à enjamber quelques long tail boats, et vous ne pourrez pas manquer de vous dire que le risque de faire passer une poussette ou un sac par dessus bord est quand même un peu présent (le bébé non, pas de risque, vous le serrez trop fort) ; mais une petite partie d’aventure ne fait pas de mal, et si on a réussi à embarquer tout notre chargement, à priori ça devrait bien se passer aussi pour vous 🙂

Se loger à Koh Jum

Ce qu’on ne savait pas avant d’arriver sur l’île, c’est que certains resorts n’ont pas l’électricité dans les chambres, donc pas de ventilateur, et pas moyen d’installer un baby phone (donc d’aller à la plage pendant que les petits font la sieste, ou d’aller au resto le soir une fois qu’ils sont couchés, héhé) ; c’était le cas du resort dans lequel on est arrivé en long tail boat.. Bon bah désolée, mais là ça ne va pas être possible (sinon comment on fait pour aller boire des cocktails tranquille le soir nous, hein???).

Après presque deux heures de recherche j’avais déniché LA perle, le resort parfait pour nous, avec la petite cabane sur la plage et tout et tout. J’ai retrouvé Daddy (plus du tout) cool et les petits en mode ultra relou (il faisait hyper chaud, c’était l’heure de la sieste, bref c’était compliqué. Et oui tout n’est pas rose en voyage, il y a des moments TRES pénibles aussi… vous en doutiez?) ; bref, on est allé se poser au Freedom Resort.

Koh Jum
la jolie plage du Freedom Hut

Le resort est situé à l’extrême Sud de l’île, toutes les cabanes ont vue sur la mer, il y a un petit resto les pieds dans le sable, situé sur la pointe, donc avec une vue de dingue des deux côtés, des bons petits plats et une carte de cocktails hallucinante… je viens de vous décrire le paradis non?

Freedom Hut Koh Jum Thaïlande

Freedom Hut restaurant Koh Jum Thaïlande

Freedom Hut -Koh Jum Thaïlande

Notre cabane est normalement prévue pour deux personnes (avec un lit double), mais on arrive à caser facilement les deux lits parapluie ; la terrasse couverte devient vite une chouette aire de jeu, et la plage est à 3 mètres (vraiment), le tout pour la somme de 1000 Baht/nuit (soit 25 euros environ) – attention tarif négocié avec le sourire, en moyenne saison, et en s’engageant sur une durée de 3 nuits minimum.

phi phi islands
Sunset sur Koh Phi Phi, depuis notre p’tite cabane en bambou 🙂

Quoi faire à Koh Jum ?

freedom hut koh jum, thailand

Après être arrivés par bateau, puis à pied par la plage, au Freedom Hut, on s’est rendu compte que l’accès au resort par l’intérieur de l’île n’était qu’un chemin boueux (ou poussiéreux selon la météo), en pleine jungle. On a d’abord cru que les possibilité de bouger sur l’île allait être un peu limitées, jusqu’à ce qu’on parte en repérage poussette jusqu’au petit village, et qu’on y découvre une vraie route bitumée. Et ça, ça voulait dire qu’on allait pouvoir faire des ballades en scooter, ce dont les petits sont archi fans 🙂 (il n’y a pas de voiture sur l’île, donc pas trop le choix dans tous les cas).

Alors quelques exemples de trucs sympas à faire :

– Découvrir les jolies plages de la côte ouest

Koh Jum, Thaïlande
La grande plage qui longe tout le côté ouest de l’île, version cailloux au nord (on était content d’avoir atterri côté sud..)
Koh Jum, Thaïlande
L’adorable Banyan Bay, située au nord ouest de Koh Jum

Banyan Bay Koh Jum

– Faire du kayak, ou (selon l’âge) jouer avec un kayak…

– Gouter du mango sticky rice chez Mama Cooking

– S’éclater à la fête foraine du village…

ou sur l’aire de jeu, cachée derrière l’école

aire de jeu Koh Jum Thaïlande

– Se balader dans le village, flâner, faire ses petites courses dans les mini boutiques, rencontrer les locaux, apprécier la vue depuis le débarcadère

village Koh Jum Thaïlande

Koh Jum, Thailand

Mais, comment ça il y a un débarcadère?!? Elle s’est foutu de nous avec son histoire de transfert de bateau en pleine mer ou quoi?.. Et bien oui et non : oui il y a un débarcadère (même deux en fait), mais côté est de l’île, donc on prendra un bateau de ce côté si on souhaite aller dans les terres (et non pas sur une autre île du Sud Ouest de la Thaïlande), et non je ne me suis donc pas foutue de vous (je ne me permettrai pas quand même).

Ces quelques jours fait de plaisirs simples, sur cette île à l’ambiance cool et détendue, sans trop de monde, avec des chemins défoncés, aucune voiture, de la jungle omniprésente, était une superbe étape de notre voyage en Thaïlande ; le temps s’est arrêté, le rythme « découverte en scooter, plage, cocktails les pieds dans le sable » était bien instauré (pas trop dur en même temps), le staff du Freedom Hut était fan de nos p’tits blonds, ils ne voulaient plus les lâcher, on était tellement bien ici que j’ai bien cru qu’on allait pleurer en partant. Quart d’heure émotion.

Bref, il était temps, d’autres jolies choses nous attendaient. Et donc on repartait de Koh Jum, encore sur un long tail boat, mais en version moins acrobatique cette fois.

Koh Jum ThaïlandeKoh Jum ThaïlandeKoh Jum Thaïlande

Si un jour vous y aller envoyez moi une petite photo 🙂

…………………………………………………………………………………………………

A épingler sur Pinterest si vous voulez relire cet article plus tard, pour la préparation d’un futur voyage…

Thailande - koh jum

Enregistrer

2 réponses à « Thaïlande – Koh Jum, l’île qu’on ne voulait plus quitter »

Laisser un commentaire