Apologie du voyage sans enfants


HUMEURS, lifestyle, TRIPS SANS TWINS / vendredi, novembre 10th, 2017

Voyager avec ses enfants c’est fantastique, cela permet de vivre de folles aventures avec eux, de se créer une multitude de souvenirs que l’on aura plaisir à se remémorer plus tard.

Voyager sans ses enfants c’est REPOSANT, tellement reposant qu’on a vraiment l’impression d’être en vacances, de récupérer du capital sommeil, glandouille et/ou sport intensif et apéro quand on veut.

La vie est faite de bonheurs variés, et c’est parce qu’ils sont différents qu’on les apprécie autant! Alors après avoir vanté les mérites du voyage avec enfants, voici toutes les petites choses qui font qu’on apprécie aussi de partir sans eux !

Voyager sans ses enfants…

les petits bonheurs :

Lire plus de dix lignes sans être interrompu. Commencer un bouquin, et le finir en 3 jours (et non pas 3 semaines mois).

S’apprêter à faire 4 heures de route SANS PANIQUER.

Se faire un pique nique au bord du falaise sans ressentir AUCUN stress! Apprécier la vue, manger son sandwich sans s’y reprendre à 12 fois (maman, de l’eau / maman, pipi / maman, maman, maman!!!!!!!! – la variante avec papa marche aussi).

Cote ouest portugal, plage de Galé

Passer devant une aire de jeux sans être obligé de s’arrêter, d’entrer en féroce négociation, ou de faire diversion. Ne même pas calculer l’aire de jeux, mais plutôt checker le petit resto d’à côté 🙂

Décider de bouger, là tout de suite maintenant, et pouvoir vraiment bouger dans les deux minutes qui suivent.

DORMIR le matin.

Prendre douze cafés au petit déj’, juste pour le plaisir d’apprécier la vue plus longtemps, de pouvoir glander, ne pas devoir entrer en action instantanément.

Aller à la plage avec un seul sac (oui, j’ai bien dit un seul).

praia beliche

Passer des heures à la plage sans être obligé de faire le moindre château de sable ou circuit de voitures. Être TRANQUILLE, bouquiner, se baigner, marcher, méditer, faire du yoga, se re baigner, siester, re bouquiner.

Surfer, surfer, surfer (Daddy Cool). Prendre des photos, telle une groupie sur la plage (moi, tellement détendue que ma motivation à surfer s’en est allée #grossefeignasse).

Prendre l’apéro dès 17h pour ne pas rater le coucher de soleil (qui se couche à 17h30). Ne rien avoir à gérer après, pas de bain, pas de biberon, pas d’histoire. RIEN, sauf à décider si on se prend une autre bière ou pas.

Se retrouver, comme avant, le temps de quelques jours. Parler d’autres choses que d’enfants.

Retrouver au fin fond de son téléphone des vieilles photos de ses p’tits choux (remonter à peu près aussi loin que leur naissance …) parce qu’ils nous manquent un peu quand même.

ÊTRE CONTENT DE RENTRER, pour les retrouver !

TRIP AND TWINS

Franchement, ça vous arrive souvent de passer de super vacances, et d’être content de rentrer? et bien là oui, même pas de blues d’après vacances, juste le plaisir de retrouver ses p’tits loulous et de leur faire plein de bisous. Que du bonheur 🙂

Enregistrer

Une réponse à « Apologie du voyage sans enfants »

  1. […] Donc si on ne surfe pas, l’option 3B (balade – bouquin – baignade) est également parfaite. L’option feignasse quoi ?.. Oui, mais assumée. Après tout nous étions en mode sans enfants pour ce voyage, et s’il y a bien un moment ou l’on peut profiter de ne pouvoir faire que ce que l’on veut, c’est bien celui là. Pour approfondir la question : l’ Apologie du voyage sans enfants […]

Laisser un commentaire