Les familles en long voyage, toujours confinées à l’étranger – Partie Deux

Début Avril je rassemblais ici les témoignages de familles en long voyage qui, du fait de la situation liée au covid-19, s’étaient retrouvées confinées à l’étranger. Certaines étaient en attente de rapatriement, d’autres poursuivaient leur voyage, sans savoir ce qui allait se passer pour la suite. (Si vous n’avez pas lu ce premier article, c’est ici : les familles voyageuses confinées à l’autre bout du Monde) Deux mois plus tard, alors que nous retrouvons notre liberté progressivement, j’ai eu envie de savoir ce que devenaient ces familles, toujours dans le même pays.

On retrouve donc Les Petits Explos, qui ont tissés de fantastiques liens avec une famille des Samoas ; la Hembise Family, toujours au Nicaragua, et qui espère que les frontières réouvriront avant leur retour pour ne pas devoir laisser en plan leur camping car ; et les Nesta autours du Monde, qui vivent en communauté dans un camping en Colombie.

J’ai invité également d’autres familles à participer à ce deuxième volet, des familles qui voyagent au long cours et qui, elles aussi, sont confinées chacune à leur manière depuis mi Mars.

Les familles en long voyage que l’on retrouve suite au premier article

Les Petits Explos, famille en tour du monde solidaire

En juin 2019, Nous sommes partis réaliser notre tour du monde avec nos 2 enfants de 7 et 11 ans. Nous voulions rencontrer les populations locales pour découvrir des modes de vie différents et rejoindre des ONG pour donner à notre voyage des couleurs de solidarité.
Si l’expérience devait durer 12 mois pour 12 pays, c’est au 9ème mois qu’elle a été mise en
pause, en plein milieu du Pacifique. Nous sommes arrivés aux îles Samoa le 24 février et
nous n’avons jamais pu en repartir.
Nos visas de 3 mois ont expiré et nous avons dû nous
rendre à l’immigration des Samoa pour demander une autorisation d’extension, résultat :
visas jusqu’au 30 août accordés !

Nous avons fait le choix de rester aux Samoa car nous souhaitions continuer notre voyage.
Nous avions la possibilité d’être hébergés avec la manager de l’ONG, les billets pour la
France dépassaient 15 000€ et nous nous pensions plus en sécurité ici qu’ailleurs.
Depuis 2 mois d’état d’urgence, nous avons pu bouger et vivre des expériences incroyables !
Après quelques temps dans un hôtel fantôme et une fois la confirmation qu’aucun cas de covid
n’avait été détecté dans le pays, nous sommes allés rejoindre une famille samoane dans le
nord de l’ile de Savai’i pour vivre une de nos plus belles expériences du voyage
. Une famille
avec 9 enfants, qui n’a l’électricité que depuis Noël, qui vit simplement, grâce à l’agriculture
comme la majorité des Samoans nous a accueillis à bras ouverts.

Apprendre à torréfier le cacao, à faire son propre lait de coco et partager nos cultures. Quel bonheur ! Nous étions loin de tout, dans l’authenticité et la simplicité.

La vie sur l’île a repris et nous continuons à alterner entre collocation avec l’ONG /montage
vidéos/instruction en famille et découverte de l’île. Le temps est parfois long face à cette vie sédentaire imposée car les Samoa sont de petites îles mais nous avons bien conscience d’être privilégiés dans cet environnement. Nous attendons avec impatience la réouverture des frontières avec la Nouvelle Zélande pour continuer une dernière boucle de voyage avant un retour en France dans l’été mais, pour le moment, nous n’avons le droit d’aller nulle part ailleurs !

La suite de leurs aventures sur Instagram @les_petits_explos et Youtube

La Hembise Family, famille en long voyage d’un an en camping car

Coucou tout le monde, 
On revient par ici pour vous donner quelques nouvelles. Pour rappel, nous sommes la Hembise Family, nous voyageons sur le continent américain avec nos deux filles à bord de notre camping-car Mani. Nous sommes actuellement coincés au Nicaragua depuis deux mois. Nous avions pris la décision de rester ici (je vous laisse aller lire le premier article pour savoir pourquoi).
Que s’est-il passé depuis? Et bien pour tout vous dire, la situation n’a pas vraiment évolué, nous sommes toujours coincés au Nicaragua car les frontières en Amérique centrale sont fermées. Nous avons passé un mois dans une maison que nous avons louée, cette pause a été bénéfique pour tout le monde, nous avions de l’espace et du temps, beaucoup de temps. Nous avons cuisiné en famille, profité de la piscine et travaillé sur les réseaux sociaux. 

Après ce mois passé dans la maison, nous avions le choix de prolonger la location ou de repartir, l’appel de la route a été plus fort et nous sommes repartis avec le camping-car.

Il n’y a pas de confinement officiel au Nicaragua mais nous ne voulions prendre aucun risque pour nous et encore moins pour les autres, nous sommes donc maintenant confinés dans un petit hostel au bord de la lagune d’Apoyo (Paradiso Hostel). C’est un endroit magnifique, un véritable havre de paix (les photos parlent d’elles mêmes). Il y a quelques autres voyageurs coincés ici également. Les propriétaires sont français, ils sont adorables et nous laissent dormir sur leur parking avec le camping-car.

Quelle sera la suite pour nous? En toute honnêteté on n’en sait rien du tout. Notre date limite pour le retour en Europe est fin juillet, on espère que les frontières rouvriront prochainement pour pouvoir atteindre un pays avec un port car nous n’avons pas envie de laisser le camping-car ici. Affaire à suivre…

La suite de leurs aventures sur Instagram @hembisefamily et Youtube

Les Nesta autour du Monde, famille en long voyage en camping car

Nous sommes les « Nesta autour du Monde », Natéo 7 ans, Enoha 9 ans, Saona 12 ans, Thomas et Alisson, et voyageons avec notre camion 4×4 « NestaMAN » sur les routes des Amériques depuis le 12 août 2018. Dans l’idée générale, nous sommes partis du Canada et voulons rejoindre Ushuaïa et profiter de la vie en famille, avant de changer de continent !

Nous nous trouvons actuellement en Colombie et sommes confinés depuis le 17 mars au sud de Cali, dans un camping tenu par des marocains, en compagnie de plusieurs autres familles françaises et étrangères qui ont eu la même idée que nous.

Tous ensemble, nous avons rapidement mis en place une sorte de « travail » collectif dans notre nouvelle communauté.

Nous partageons certaines tâches du camping, entretenons le potager, nous organisons pour faire les courses à distance, puisque nous n’avons pas le droit de sortir d’ici en tant qu’étrangers jusqu’à la fin du confinement, qui pour le moment est prévu pour le 31 mai.

Nous ne manquons absolument de rien, continuons notre travail sur les réseaux sociaux et attendons sagement de pouvoir reprendre la route, en ne sachant pour le moment pas du tout comment se passera la suite de notre voyage, si nous serons bien perçus en tant que touristes européens ici en Amérique du Sud, si les frontières vont pouvoir ouvrir dans les prochains mois, tout cela est un peu flou… Du coup, nous nous posons beaucoup de questions et étudions de nombreuses possibilités pour la suite de notre aventure en famille.

Petit à petit, le camping se vide un peu, plusieurs familles ont trouvé le moyen d’être rapatriées en France puisqu’elles étaient sur la fin de leur voyage, ce qui est un peu bizarre, mais en même temps un peu apaisant, puisqu’il faut l’avouer, la vie en communauté n’est pas forcément évidente tous les jours !

Suivez les Nesta autour du Monde sur Instagram et Youtube

Les familles en long voyage, confinées elles aussi depuis mi Mars

La Tropicool family, qui voyage à bord d’un voilier

Bonjour, nous sommes the Tropicool Family, Aurore, Frank et nos deux petits poissons, Karl,
3 ans et Ava, 5 ans. Un peu navigateurs mais surtout complètement fous et aventuriers,
nous avons quitté la France en octobre 2019 pour un tour du monde sans date de retour, à
bord de notre catamaran, Tropicool
, un Leopard 50 devenu notre maison flottante.

Après la traversée de l’Atlantique et quelques mois de cabotage dans les caraïbes, le
confinement a été déclaré alors que nous déposions ma maman à St Martin direction la
France. L’ile était déjà bouclée et nous ne souhaitions pas y rester, les options s’offrant à
nous étaient peu nombreuses, la plupart des îles étant déjà fermées. Et hors de question de
rentrer en France et de laisser notre bateau tout seul ici.

Finalement nous avons pris la direction des Bahamas qui n’étaient pas encore confinées à ce
moment là.
Après quatre jours de navigation, sans aucun réseau internet et ne sachant donc
pas comment évoluait la situation dans le monde, nous avons rejoint Great Inagua, l’île la
plus au sud des Bahamas. Autant dire que pendant toute la traversée nous avons élaboré
tous les scénarios possible de films catastrophe de zombies/fin du monde selon lesquels à
notre arrivée l’espèce humaine avait entièrement disparue
….
Heureusement ce n’était pas le cas et nous avons finalement pu faire les formalités d’entrée
5 minutes avant que le premier ministre ne déclare le « lock down ». Nous étions autorisés à faire nos courses à terre, mais pas à bouger le bateau.

Après quatre semaines le protocole s’est durcit et nous n’avons plus eut le droit d’aller à terre même pour les courses. La douche froide, nous avons envisagé toutes les options, aller vers le nord : fermé, vers le sud : fermé, faire la transat retour : l’Europe fermée aussi… les options qui nous convenaient n’étaient pas si nombreuses finalement.

Nous avons relativisé : nous avions assez à manger pour tenir un mois de plus, au moins, dans un cadre idyllique, avec la possibilité de pécher poissons et coquillages à volonté !

Au bout de quatre semaines nous avons été autorisés à monter vers le nord, et sommes
arrivés à Stanley Cay où nous étions entourés d’autres bateaux, pouvions à nouveau faire
des courses, et profiter de la plage 90 minutes par jour. Le paradis !

Ici, il fait bon vivre un confinement, cependant la saison des cyclones arrive à grand pas, et si
nous avons l’autorisation de quitter les Bahamas nous n’avons pas encore le visa américain
nous permettant de nous mettre à l’abri au nord de la côte est des USA. Le confinement ici
doit prendre fin le 1 er juin et notre RDV est prévu le 2 juin à l’ambassade américaine de
Nassau. La vie à bord c’est un peu l’aventure tous les jours, confinement ou pas !

La suite de leurs aventures passionnantes sur Instagram @the_tropicool_family

Here we are, famille nomade en camping-car

Nous c’est Audrey, Bastien, Daphné 9 ans et Liam 7 ans, une famille ordinaire qui a décidé de vivre une vie extraordinaire, sur les routes du Monde, dans notre camping-car Tadam*. Et pour devenir une famille nomade, c’est simple : on a tout quitté et tout vendu ! Cela fait 3 ans que l’on a embarqué dans notre maison roulante, Tadam*, sans itinéraire et sans date de retour.

Notre camping-car mesure à peine 10 M² dans lequel on organise notre nouvelle vie.
Depuis 2017, on a déjà visité une quinzaine de pays dont le Royaume Uni, l’Italie, la Grèce, la Suisse, L’Irlande, l’Espagne, le Portugal, la Belgique et bien sûr la France, qui elle aussi a tant à nous offrir ! Notre dernier pays sur cette belle liste ? La Tunisie.
Arrivés mi-janvier, nous avions prévu un road trip de 3 mois. Partis depuis Tunis vers le Cap Bon, nous avons ensuite longé la côte vers Hammamet puis Djerba. La suite c’était d’aller se perdre dans le désert du Sahara, puis remonter vers la côte nord. Mais c’est à Douz que tout a changé, et pas seulement pour nous !
On a appris que les liaisons maritimes vers l’Italie venaient de fermer. Notre seul moyen de quitter la Tunisie : l’avion. Mais cela impliquait d’abandonner Tadam* ici : Impossible ! On a donc fait le choix de retourner vers Djerba, où nous nous étions fait des amis, pour voir comment la situation allait évoluer. Rapidement, dès les premiers cas déclarés, le confinement a été décrété en Tunisie.

Pour le gérer de façon plus sereine, nous avons loué une maison pour les 2 mois suivants. Nous y sommes encore et on ne regrette vraiment pas notre choix. Le confinement strict se termine demain. Nous ne pouvons pas encore quitter Djerba, mais dans un mois, on espère aller dans le Nord, vers Bizerte pour attendre que les liaisons maritimes ouvrent à nouveau.
Et la suite ? On ne sait pas encore. Initialement, on ne souhaitait pas forcement revenir en France après notre tour de Tunisie, mais on a hâte de revoir nos proches. Une seule chose est sure : Nos envies de voyages et de découvertes du Monde en famille sont toujours là !!

Découvrez la suite sur Instagram @hereweare.world et sur Youtube

On perd pas le Sud, famille en long voyage.. pour une durée indéterminée

Je m’appelle Bruno, et avec ma femme Alex, et nos deux enfants, Nina et Roméo, nous sommes
partis du sud de la France en juillet 2019 pour un tour du monde en camping-car : Russie, Mongolie, Chine, Asie du Sud-Est, puis Océanie en backpack, pendant que notre véhicule flotterait vers l’Amérique du Sud, où on roulerait ensuite jusqu’à Ushuaïa.

Un plan qui devait se dérouler sans accrocs sur une durée d’un an. Mais – manque de bol ! – on a
rapidement rencontré d’autres voyageurs, qui nous ont parlé de mille lieux à visiter, et puis qu’on devait rester plus longtemps en Amérique du Sud ! et puis qu’eux ils voyageaient déjà depuis trois ans, et que c’était le bonheur… Et comme, nous aussi, on se sentait comme des poissons dans le lagon, on a repoussé notre date de retour, à… là-bas quelque part dans le futur…

Pour partir, nous avons vendu notre maison, après travaux et jolie plus-value, alors la question
aujourd’hui est plutôt : rentrer en France avec des sous dans les poches ou pas ?
C’est une des raisons qui nous a permis de vivre la fermeture des frontières de manière –
relativement – relaxée. Bon, ok, fin mars, on devait être avec des copains sur un catamaran au large de Bora Bora pour fêter mes 40 ans, et non pas confinés en coloc dans la banlieue d’Auckland… Mais, après quelques jours de Bad Trip de riches, on a pris la chose avec recul, préférant rester ici en Nouvelle-Zélande – où l’épidémie est très bien maîtrisée, le « lockdown » assez libre, et déjà terminé, et les kiwis extrêmement bienveillants – plutôt que traverser la moitié du globe, pour revenir en France en pleine crise…

On a « juste » à changer nos plans, comme on l’a toujours fait…

Notre camping-car est toujours stocké sagement à Kuala Lumpur, et nous on avancera au fil des réouvertures de frontières… Probablement l’Australie d’ici quelques semaines, puis, on l’espère, des îles du Pacifique… Il n’y aura peut-être pas l’Amérique du Sud, mais pourquoi pas le Canada ? Enfin, l’avenir nous dira tout ça, et on l’écoutera…

La suite de leur voyage sur Instagram @onperdpaslesud et sur leur blog

Quatre en baroude, famille en long voyage en 4×4 et caravane

Nous sommes Adrien et Valérie, parents de Valentine (10 ans) et Jules (8ans). Nous avons vendu notre maison en septembre 2019 pour une nouvelle aventure, une vie nomade. Nous avons commencé cette nouvelle vie avec un camping car puis en décembre nous avons acheté une belle caravane et un 4X4 qui nous permet d’être plus autonome pour sillonner les alentours de notre camp de base.

Nous avons passé un mois en Écosse au mois d’octobre dernier. Puis nous sommes arrivés au Maroc le 1er février pour normalement 3 mois. Alors que le Coronavirus se répand dans le Monde, nous sommes en escapade dans le sud du Maroc. Les écoles, les bars et les restaurants sont fermés depuis 2 jours en France. Nous sommes dans les gorges d’Amtoudi quand nous apprenons qu’il en sera de même au Maroc dès le lendemain. Et puis la France décide le début du confinement. Nous repartons rapidement à notre camping retrouver notre maison, car nous imaginions bien que la même décision serait prise ici bien que le nombre de cas soit très faible à ce moment la, seulement 5 cas.
Depuis le 16 mars nous sommes confinés dans le Camping Atlantica Beach à 27 km au nord d’Agadir. C’est un camping très agréable situé juste en bord de mer.

Nous ne sommes pas nombreux, seulement 8 véhicules à l’heure actuelle. Depuis début avril, le port du masque est obligatoire, même en voiture. Les déplacements sont soumis à autorisation particulière, et doivent être faits uniquement pour les courses. Nous ne sortons que très rarement d’autant que les enfants doivent rester dans la voiture car n’ont pas le droit de sortir ici au Maroc. Nos journées ont été rythmées par l’instruction en famille des enfants le matin, et des activités manuelles et physiques l’après midi. Le 20 mai devait être la date de début de déconfinement, mais le gouvernement en a décidé autrement… Ce sera finalement le 10 juin, car le ministre de la santé a eu peur des rassemblements pour la fin du ramadan.
Nous sommes un peu sous le choc de cette nouvelle, nous espérions tellement pouvoir rouler à
nouveau, histoire de se changer les idées car nous n’avons aucune perspective pour un retour en France. Il y a très peu de bateau, très souvent ils sont annulés et les billets valent une fortune. Donc nous allons être patients.

Nous aurions du rentrer en France pour le 15 mai afin de travailler pour la saison d’été. Adrien a eu une déconvenue professionnelle, donc professionnellement parlant, rien ne nous oblige à rentrer tout de suite.
Malgré cela cette crise nous aura permis de bien réfléchir à notre mode de vie. Nous allons faire des aménagements à notre caravane, et comptons bien continuer à profiter de cette nouvelle vie qui nous épanouit tous. Nous partirons dès que nous le pourrons sur les routes de l’Europe, puis d’ici quelques années en Amérique.

Suivez leurs aventures sur instagram @quatre.en.baroude et sur leur blog Au Fil du Voyage

Aux quatre coins du Monde, famille nombreuse en tour du Monde solidaire

Nous sommes partis fin septembre 2019 avec nos 5 enfants. Cela faisait plusieurs années que nous envisagions de réaliser un tour du monde. Nous avons tout vendu en France pour que notre rêve devienne réalité et avons souhaité donner une dimension humanitaire à notre projet. C’est dans ce but que nous avons créé l’association « Aux 4 coins du monde ».
Notre objectif est de rencontrer des associations dans la plupart des Pays que nous traversons afin de les promouvoir et d’obtenir ainsi des dons. Nous nous déplaçons en avion et louons principalement des voitures sur place.

Notre Périple avant le Coronavirus était le suivant : États-Unis, Mexique, Cuba, Costa-Rica, Pérou, Argentine, La Bolivie, Chili, Ile de Pâques, Polynésie, Nouvelle-Zélande, Australie et enfin l’Asie.


Nous avons été stoppés au bout de 5 mois, alors que nous nous apprêtions à rejoindre Santiago du Chili pour l’île de Pâques. Nous ne pouvions plus prendre aucun avion car les frontières se fermaient en Bolivie, à la sortie comme à l’entrée et nous avons dû nous confiner. Malgré le fait qu’il n’y avait aucun décès et seulement 3 cas de Covid 19, nous avons été obligé de respecter un confinement draconien : une seule personne par famille a le droit de sortir une matinée par semaine à pied ou vélo, uniquement pour faire les courses alimentaires.

Nous avons eu la chance de trouver une grande maison très agréable, dans un condominium à une quinzaine de kilomètres de SantaCruz de la Sierra. Nous sommes dans un parc tropical avec grande piscine, vélos, volley, terrain de foot et la possibilité d’évoluer dans une douzaine d’hectares magnifiquement entretenus.

Le confinement dure depuis 2 mois et ne nous a pas paru si difficile que cela, ni pour nous, ni pour les enfants. Nous avions prévu de toute façon de nous arrêter pour nous reposer au moins un mois en Polynésie. Nos voisins Boliviens (3 familles) qui vivent dans ce condominium sont adorables avec nous et partagent volontiers les bons plans et les différentes solutions de livraison. La grande surface digne de ce nom étant à 13 km, nous avons trouvé une personne ayant une autorisation de déplacement pour nous livrer les courses. Nous en avons profité pour faire d’autres activités avec nos enfants, comme par exemple cuisiner, et avons plus de facilitées pour les faire travailler.

Nous attendons avec impatience le 31 mai, date présumée du déconfinement en Bolivie, afin de profiter quelques semaines de ce beau pays, en espérant pouvoir trouver une solution fin juin, début juillet pour enfin rejoindre l’Ile de Pâques puis la Polynésie qui rouvrent actuellement leur frontières aux touristes.

La suite de leur voyage sur Instagram @aux4coinsdumonde_enfamille

Merci à vous tous pour ces témoignages passionnants !

Le bon plan budget voyage, qu’il faut absolument connaître quand on voyage longtemps en famille : le site de cashback iGraal vous permet de récupérer de l’argent sur vos réservations d’hôtels (via Booking et Expedia, entre autres), sur les locations de voitures, et sur plein d’autres sites liés au voyage. Il suffit de passer par le site, qui vous reverse de l’argent. C’est simple, efficace, et ça fait économiser, il faut juste le savoir ! > je vous explique plus en détails ici : Bon plan budget voyage.

Laisser un commentaire