Safari en Tanzanie avec des enfants

En janvier nous avons vécu l’expérience fabuleuse d’un safari en Tanzanie avec nos enfants, avec l’agence solidaire et engagée Endallah. Pendant plusieurs jours nous avons roulé au travers de paysages fantastiques, campé en pleine savane, et vu tellement d’animaux qu’on se croyait en plein dans Le Roi Lion ! C’était dingue, les petits avaient les yeux tellement ouverts qu’ils devaient sortir de leurs orbites !! (et nous aussi d’ailleurs 😉 Je vous raconte tout et vous donne des conseils pour organiser un safari avec enfants en Tanzanie, pour que vous puissiez vivre à votre tour ces moments extraordinaires en famille.

Notre expérience de safari en Tanzanie avec des enfants

Au mois de Janvier dernier nous avons passé des journées intenses à rouler dans les parcs du Ndutu & du Serengeti, dans le Nord de la Tanzanie. Difficile de décrire le spectacle qui s’est offert à nous ! Des gnous par milliers, en pleine migration depuis le Kenya, pour donner naissance à leurs bébés dans les plaines fertiles du Ndutu. Des zèbres les accompagnant dans cette migration, mais aussi des antilopes dans tous les sens, des babouins sur le bord des pistes, des hippopotames prenant leur bain à côté des crocodiles, des phacochères (qu’on a forcément appelés « Pumba »), des hyènes, et des lions, pleiiiin de lions !!

Notre programme, élaboré avec l’agence Endallah : 8 jours/7 nuits entre safari et immersion dans des villages authentiques tanzaniens

Jour 1 : Visites et déjeuner local à Mto Wa Mbu ; randonnée jusqu’au village d’Endallah – nuit chez le fondateur de l’agence (qui porte donc le nom du village 😉

Jour 2 : Journée en immersion dans le village d’Endallah – deuxième nuit chez l’habitant

Jour 3 : Route jusqu’à la zone de conservation de Ndutu, en passant par le sublime cratère du Ngorongoro ; safari game drive dans le Ndutu ; nuit en tente dans la savane (special campsite)

Jour 4 : Game drive dans le Ndutu puis route vers le parc Serengeti, game drive dans le Serengeti et nuit au camping public (Seronera)

Jour 5 : Game drive dans le Serengeti puis route vers le village de Nyamburi, nuit chez l’habitant (dans un boma traditionnel)

Jour 6 : Journée en immersion dans le village de Nyamburi – nuit chez l’habitant

Jour 7 : Route vers le Serengeti, game drive et nuit au camping public

Jour 8 : Route vers le Ndutu pour un dernier game drive, puis route jusqu’à Arusha

>>> Les expériences dans les villages d’ Endallah et Nyamburi seront détaillés dans un autre article, à paraître très prochainement, afin de me concentrer ici sur la partie safari de ce voyage en Tanzanie.

Le choix de ces parcs du Serengeti et du Ndutu pour notre safari en famille en Tanzanie

Pour restituer le contexte, nous étions en Tanzanie avec nos enfants au mois de Janvier, en pleine période de la migration des gnous !

En janvier et février les gnous se concentrent dans les plaines fertiles du Serengeti, et notamment dans la zone du Ndutu. Il y a à ce moment là des milliers de gnous, accompagnés de zèbres, .. un évènement magique à voir en safari !

Le parc du Serengeti est un parc immense, et assez loin d’accès, mais pour assister à la migration c’est celui que nous avons ciblé ; de plus nous voulions aller dans le village de Nyamburi, donc nous l’avons entièrement traversé (le village se situant tout au nord du parc). Ce n’est pas forcément le choix le plus judicieux avec des enfants, car nous avons beaucoup (beaucoup) roulé, mais on ne regrette pas notre périple !

Le choix de faire ce safari en Tanzanie avec un guide, plutôt qu’un self drive

En Afrique du Sud nous avions fait nous mêmes des safaris en self drive ; c’était la première fois que nous faisions des safaris, et on avait trouvé vraiment chouette de découvrir par nous mêmes les parcs, de rouler à notre rythme, et de tomber par hasard sur des animaux (car il y avait une grosse part de chance).

En Tanzanie il est possible de partir seuls dans les parcs, mais dans le cas du Serengeti, qui fait 14 hectares, il est beaucoup plus probable de s’y perdre que d’y voir des animaux ! Il y a peu (voire pas) d’indications, donc on se serait senti désemparés de rouler au petit bonheur la chance dans cette immensité.

L’avantage d’avoir un guide est qu’il connaît les zones par coeur, il a une vision bien plus affutée que la notre, et en plus il communique avec d’autres guides pour connaître les zones où ont été repérés des animaux, donc il y a une chance beaucoup plus grande de voir des lions, des léopards, etc (et aussi de ne pas s’embourber dans certaines zones du parcs, notamment quand il a plu).

Bref, on aime partir seuls à l’aventure d’une manière générale, mais on n’a pas regretté d’avoir eu un guide avec nous pendant ces journées de safari. Pour une fois James n’a pas eu a se concentrer sur la conduite, et on a tous pu profiter ensemble du spectacle.

Déroulé d’une journée en safari en Tanzanie avec des enfants

Nous avons donc passé toutes nos journées avec Thomas, notre guide. On s’en remettait à lui pour les horaires de départ, car il savait combien de temps de route il y avait, et il gérait aussi toute la partie administrative liée à l’entrée dans les parcs (donc nous on n’avait pas beaucoup de choses à se soucier, on avait juste à ouvrir bien grands nos yeux 😉

Thomas conduisait la jeep, équipée d’un toit ouvrant. Sur les portions de route ou de pistes où il roulait vite nous fermions le toit (et on était alors en mode voiture classique, assis tranquilement), mais dès que l’on était dans des zones où il y avait des animaux nous avions le toit ouvert, on se mettait debout.. et place au spectacle !

Nous pouvions voir les animaux en roulant, quand nous passions par exemple au milieu des milliers de gnous et de zèbre en pleine migration, ou alors on s’arrêtait pour observer des animaux de près (coucou les lions à moins de deux mètres du 4×4), ou alors on les observait d’un peu plus loin avec les jumelles.

Quand on est en plein game drive (c’est à dire quand on roule dans le parc pour observer les animaux), il est interdit de descendre de la voiture (parce qu’on est quand même au milieu d’animaux sauvages, rappelons le). Donc avec des enfants il faut bien gérer les envies de pipi ! Il y a des toilettes aux portes d’entrée des parcs, ainsi que dans les camping, et à quelques autres endroits (comme sur la photo ci dessus, près de l’hippo pool dans le Serengeti).

On faisait donc des stop à ces endroits, dès qu’on entrait ou que l’on sortait d’un parc, et on en profitait pour se dégourdir les pattes (traduire : courir partout pour les enfants), pique niquer (on avait tous les jours des lunch box), boire un café, et c’était reparti pour un long moment dans la voiture.


Épinglez cet article sur Pinterest pour le conserver avec vos idées de voyage !


Conseils pour partir en safari en Tanzanie avec des enfants

Avoir une jeep privée

La jeep que l’on a eu pendant tout le safari comporte au total 9 places assises, et on l’avait pour nous tout seuls (notre guide Thomas et nous 4). Le tarif d’un safari privé est forcément plus élevé qu’un safari partagé (où la jeep est remplie avec des gens qui ne se connaissent pas), mais avec les enfants on a réellement apprécié d’avoir de l’espace dans la jeep et de gérer notre organisation avec Thomas, sans devoir prendre en compte les envies et besoins d’autres personnes.

Installer un espace pour faire la sieste

En voyage on a toujours avec nous un petit matelas gonflable (pour ajouter un couchage dans une chambre si besoin), dans la jeep on l’a installé à l’arrière, au pied de la banquette arrière ; c’était parfait car les petits avaient comme ça chacun un lit, où ils pouvaient faire la sieste quand ils le voulaient (un allongé sur la banquette arrière, l’autre sur le matelas gonflé).

Nous avons ce modèle de matelas : acheté une vingtaine d’euros, et toujours en vie après s’être fait trimballé partout pendant deux voyages de 3 mois, donc je valide la solidité ! Pour le faire rentrer à l’arrière de la jeep, entre les rangées de sièges, nous avons gonflé uniquement la partie centrale (en laissant les rebords dégonflés). Impeccable !

Permettre aux enfants d’observer les animaux dans de bonnes conditions

Nos enfants de 6 ans sont trop petits pour voir les animaux quand ils sont debout dans la jeep, du coup on gardait avec nous nos gros sacs à dos (au lieu de les mettre dans le coffre), et on les perchait dessus (en restant à côté d’eux pour les tenir, of course).

Ils avaient chacun une paire de jumelles, qu’ils devaient bien ranger quand ils ne s’en servaient pas, et qu’ils sortaient rapidement dès que l’on pouvait observer les animaux. C’est important d’être réactifs, pour pouvoir tout de suite assister au spectacle sur lequel on tombe, car c’est toujours très éphémère !

Avoir des occupations pour les temps de route, ou quand les petits décrochent du game drive

Il faut bien être conscient que le temps passé dans la jeep est très long, car il y a les temps de route nécessaires au fait d’arriver jusqu’à l’entrée du parc, mais aussi le fait d’être dans le parc, et de rouler pour voir les animaux. On passe donc des heures dans la voiture.

Si les petits sont à fond quand ils voient des lions, des troupeaux d’éléphants, des girafes, des hippopotames .. il y a un moment où, à la 250ème antilope, ils ont décroché. Il faut donc prévoir des activités pour qu’ils s’occupent, et que les grands (donc nous) puissions continuer de vivre pleinement ce safari de folie.

Je conseille donc d’emmener une boîte à histoires (qu’on n’aura pas oublié de charger avant, sous peine de beaucoup trop s’en vouloir) et un casque audio pour chaque enfant (pour ne pas devoir aussi écouter les histoires..)

mais aussi des livres, des jeux, une tablette avec des jeux éducatifs ou des dessins animés, .. tout les moyens sont bons ! (je précise qu’il ne s’agit pas de les laisser devant la tablette pendant tout le safari hein, sinon ça n’aurait aucun sens de les amener ; mais c’est un moyen de les occuper sur les moments où ils décrochent).

Quelques livres de circonstances !


>> A lire aussi : Itinéraire à Zanzibar avec des enfants

Le choix des logements lors d’un safari en Tanzanie avec des enfants

Lorsque nous avons échangé avec Marine, de l’agence Endallah, qui nous a concocté notre programme, nous nous sommes posés la question des logements, car plusieurs options sont possibles lors d’un safari en Tanzanie.

Les lodges et les camps dans les parcs

Il est possible de dormir à l’intérieur des parcs dans des lodges ou des jolis campements. Si on se serait bien vus dans ces beaux endroits avec une vue de fou, à se réveiller face à des girafes ou prendre l’apéro en regardant des éléphants, curieusement, notre budget n’a pas spécialement aimé cette option (dans le parc du Serengeti par exemple, les tarifs varient entre 400 et 4000 euros la nuit pour 4).

Les chambres chez l’habitant, ou les camps en dehors des parcs

Une autre option plus économique est de dormir à l’extérieur des parcs, dans des lodges, des camps ou des chambres chez l’habitant ; cela peut être possible notamment quand on veut explorer des parcs comme le Ngorongoro, ou le Tarangire, car ils sont facilement accessibles ; mais pour le Serengeti, qui fait 14 hectares, c’est tout de suite plus compliqué.

Le camping, pour dormir dans la savane

L’option que nous avons choisi pour notre safari dans le Serengeti et le Ndutu, c’est le camping ! Et là encore il existe deux options : le camping public, et les « special campsites ».

Les « Special campsite », ou dormir seuls en plein savane lors d’un safari en famille en Tanzanie

Dormir seuls en tente en pleine savane ?.. Quand Marine nous a exposé le projet, on s’est quand même posés deux/trois questions… et puis on s’est dit que si elle nous le proposait, ce n’était pas pour qu’on aille se faire bouffer par un lion, alors on a dit Banco… et quelle expérience de dingue c’était !!!

Un special campsite est un emplacement dans le parc, sur lequel il n’y a rien. Pendant que nous faisions le safari avec Thomas, deux tanzaniens se sont occupés de monter nos tentes, ainsi qu’une tente cuisine, une tente avec des toilettes, et même une tente pour se doucher.. la grande classe !

Nous avons découvert notre campement pour la nuit, installé à environ 50 mètres de girafes qui passaient par là. À 10 mètres de la tente il y avait un os de tête de gnou, de quoi bien se mettre dans l’ambiance. On était vraiment seuls en pleine savane ! 
On a bu du thé, dîné, le soleil s’est couché, on a apprécié un feu de camp (censé éloigner les animaux), et on a aussi un peu paniqué en entendant des hyènes tout près.. c’était génial ! une expérience unique et magique.

Le camping public

Le lendemain on était dans un des camping publics du Seronera ; il y avait pleiiiiin de tentes et plein de monde autour, on n’a pas du tout aimé, encore sur notre nuage de l’expérience de la veille, seuls au monde.

Dans les campings publics il y a des sanitaires, et il y a également des grands salles pour manger ; c’est pratique s’il pleut car on est abrités, mais il y a du monde, du bruit.. on n’est plus vraiment dans l’ambiance savane.

En en discutant avec Marine, elle m’a dit que certaines personnes préféraient les campings publics car elles avaient trop peur dans les « special campsite », et se sentaient plus rassurées avec du monde autours.. perso on est de la team qui aime se faire peur, et surtout être tranquille en pleine nature, donc à refaire on irait exclusivement dans des « special campsite » (même si le tarif est un peu plus élevé que les campings publics).

Le budget d’un safari en famille en Tanzanie

D’une manière générale il faut bien être conscient que c’est cher de faire un safari en Tanzanie, comparé à d’autres pays d’Afrique. L’entrée dans les parcs coûte cher, le fait de rentrer une voiture aussi, .. le montant du safari constitue une très grosse part du budget d’un voyage en Tanzanie, il faut s’y attendre (mais c’est tellement magique et puissant que ça vaut le coût de faire des économies pour se l’offrir !). Le budget sera très variable en fonction du nombre de jours, du nombre de personnes, de l’âge des enfants, de la période de l’année, des parcs choisis, de l’hébergement choisi (camping public ou Lodge), de la formule jeep privée ou safari en groupe .. donc difficile de donner un ordre de prix.

A titre d’exemples :

Le tarif de la semaine de combiné safari & villages que nous avons fait en janvier, est de 6000 euros pour 2 adultes et 2 enfants de 6 ans (8 jours, avec 5 game drive, 2 journées complètes en immersion dans les villages ; 3 nuits en camping et 4 nuits chez l’habitant ; en pension complète – vol non inclus)

Pour un séjour comprenant 3 jours de safari dans des parcs moins éloignés (Tarangire, Lac Manyara), 2 jours en immersion dans un village et 3 jours à Zanzibar, le tarif est de 1320€/personne en camping et 1570€/personne en lodges pour une famille de 2 adultes et 2 enfants (entre 5 et 15 ans) ; soit 5280 euros ou 6280 euros >> Voir le séjour Vacances en famille en Tanzanie : savane du Roi Lion et plages à Zanzibar

Il y a une multitude de critères à prendre en compte pour connaître le budget d’un safari en Tanzanie avec des enfants, donc le mieux est de contacter Marine, de manière à avoir un devis sur mesure : elle habite en France et est joignable par mail à contact@endallah.org ou par téléphone au + 33 6 32 11 21 18 (vous pourrez même lui passer le bonjour de ma part !).

Pourquoi partir avec Endallah : L’agence Endallah a été fondée pour utiliser le tourisme comme un levier de développement pour les populations d’accueil, tout en faisant découvrir la VRAIE Tanzanie à ses voyageurs. Elle met en oeuvre un tourisme équitable et solidaire, en proposant des séjours en immersion complète chez l’habitant, qui bénéficient réellement aux communautés locales ; une partie du prix du voyage est reversée à des projets de développement.

Calculez le prix de vos billets d’avion jusqu’à l’aéroport international du Kilimanjaro :

Quelques questions posées à Marine, de l’agence Endallah, pour préparer un séjour en Tanzanie en famille :

A partir de quel âge les enfants peuvent-ils venir en safari en Tanzanie ? 

Nous les acceptons à partir de n’importe quel âge ! En ce moment par exemple j’ai une demande pour une famille avec un bébé de 4 mois. L’an dernier notre plus jeune voyageuse avait 14 mois. Bien sûr, nous devons adapter le rythme, les durées des trajets, le type d’hébergements etc … en fonction des enfants et de leur âge. Mais il n’y a pas de limite « officielle », on accepte tout le monde, de 1 mois à 99 ans !

En général en dessous de 2 ans, tout est gratuit. Et entre 2 et 5 ans, ils paient une toute petite partie.

Quel nombre de jours minimal selon toi pour profiter d’un safari en Tanzanie avec des enfants ? 

Si c’est un premier safari, avec pour but de « découvrir la savane » sans s’épuiser avec les enfants je dirai 2-3 jours environ dans les parcs. Après bien sûr, au plus tu en fais, au plus tu vois d’animaux. Mais en 2-3 jours tu as un bon aperçu de la savane. Si l’objectif est de voir des félins, alors il vaut mieux partir sur 4-5 jours pour maximiser les chances de les voir (même si sur 2-3 jours on devrait pouvoir voir des lions selon le parc choisi).

Pour les familles, je conseille d’alterner entre journées de safari et journées culturelles (village ou autre) ou repos, pour que le rythme soit plus gérable pour les enfants.

Je trouve par exemple que ce n’est pas une super idée d’arriver à Kilimanjaro, de faire 3 jours de safari et de partir à Zanzibar, car au final c’est assez épuisant. Je conseillerais de rester au moins 5 jours en Tanzanie continentale pour avoir le temps (sans forcément faire des safaris tous les jours bien sûr !)

Quels parcs recommandes tu en priorité pour les familles ? 

– pour ceux qui veulent faire vraiment très peu de route (voire pas du tout de route), le Parc d’Arusha peut être bien, mais pas le plus intéressant pour les animaux (surtout des singes et oiseaux)

-Le Parc du Tarangire est top toute l’année, car on y voit beaucoup d’animaux et assez rapidement. Il n’est pas trop loin de l’aéroport, la route pour y aller est bien. Pour moi c’est le must pour les familles avec enfants en bas âge

– Parc du Lac Manyara également car assez petit, proche de la ville de mto wa mbu, peu de route, mais moins impressionnant que Tarangire d’un point de vue vie sauvage

– Cartère du Ngorongoro : très bien pour les familles car proche de la ville de Karatu, beaucoup d’animaux, mais plus cher donc pas pour les petits budgets 

– Serengeti : j’éviterais si les enfants ne supportent pas trop les longs trajets. Mais s’ils sont ok avec les trajets et habitués à rouler, alors oui !

>> Plus d’informations dans : Safari en famille en Tanzanie : le guide complet

Pour conclure, je dirais que cette semaine à rouler en pleine savane, dans le décor du Roi Lion (on a même reconnu le fameux rocher !), était une des expériences les plus dingues qu’on ait eu la chance de vivre en voyage ; je vous souhaite réellement de pouvoir la vivre, et d’avoir les yeux aussi écarquillés que nous. Hakuna Matata 🙂

Laisser un commentaire